La-homosexualidad-en-el-deporte-el-gran-tabu

L’homosexualité dans le sport : un grand tabou

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi chaque fois qu’un athlète “sort de l’armoire”, il fait encore parler de lui ? L’homosexualité dans le sport est encore un sujet tabou, un problème qui touche de nombreux athlètes qui, par peur du qu’en-dira-t-on et de l’homophobie – surtout ceux qui appartiennent à de grands clubs ou à des sports d’élite – doivent cacher leur orientation sexuelle ou leur identité de genre. Heureusement, il y a de plus en plus d’athlètes gays et lesbiennes qui ont osé franchir le pas pour briser les stéréotypes, malgré les critiques d’une société très polarisée, qui permet une normalisation progressive de la situation. Mais dans quelle mesure ? Dans cet article, nous faisons le point sur la situation de l’homosexualité dans le sport et nous évoquons plusieurs sportifs homosexuels qui, par leur exemple, nous ont donné une leçon de courage.

L’homosexualité dans le sport aujourd’hui

La société, dans son ensemble, a considérablement évolué en matière de droits de l’homme par rapport à ce qu’elle était il y a seulement quelques années. Cependant, le chemin est long et il reste encore beaucoup à faire. Si l’orientation sexuelle n’est heureusement plus une contrainte dans de nombreux aspects de la vie quotidienne, la haine et l’homophobie sont encore très présentes. De plus, il y a certains secteurs où elle est plus latente et le sport est l’un d’entre eux. L’homosexualité dans le sport est un phénomène qui touche de nombreux athlètes qui n’ont pas encore pu franchir le pas de s’afficher tels qu’ils sont par peur des représailles et même à cause de pressions internes à l’équipe liées à l’image du club. Mais ce n’est pas tout, il y a aussi la situation malheureuse à laquelle ils doivent faire face par la suite de la part d’une grande partie des supporters, avec toutes sortes de commentaires déplacés et d’insultes homophobes dans les stades, les salles ou les terrains où le sport est pratiqué – qu’il soit professionnel ou amateur -, entre autres.

C’est pourquoi il y a moins de sportifs ouvertement homosexuels dans le sport de haut niveau. Les revendications dans ce secteur sont généralement minimes, car les sports tels que le football sont fortement masculinisés et hétéronormalisés, ce qui retarde de plus en plus un nécessaire “coming out” et oblige de nombreux athlètes à faire semblant devant le reste de la société et même devant leurs propres coéquipiers – en particulier en Espagne, où il y a très peu de cas d’athlètes ouvertement homosexuels. Heureusement, au niveau international, nous assistons à une ouverture de plus en plus grande, ce qui conduit à une plus grande prise de conscience de ce problème et à une diminution de l’étonnement lorsque l’on parle de sportifs homosexuels.

Qui est Víctor Gutiérrez et comment a-t-il amélioré la visibilité des LGTBI dans le sport ?

En Espagne, le cas le plus marquant de visibilité LGTBI dans le sport est celui de Víctor Gutiérrez, joueur de water-polo dans l’équipe nationale et au Club Natació Terrassa, ainsi que détenteur des titres de vice-champion d’Europe des moins de 18 ans, vice-champion du monde des moins de 20 ans et meilleur buteur de la División de Honor espagnole pendant trois saisons consécutives depuis 2016/17. L’athlète a rendu publique son homosexualité dans une interview accordée en 2016 au magazine Shangay, faisant de lui le premier athlète de sport d’équipe d’élite en Espagne à parler ouvertement de son orientation sexuelle. Víctor Gutiérrez, en plus d’améliorer sa visibilité dans le pays et à l’international, a obtenu un changement du panorama actuel de la part des principaux organisateurs sportifs, comme la Fédération espagnole de natation (RFEN), qui a sanctionné le joueur de water-polo Nemanja Ubovic, du CN Sabadell, pour des insultes homophobes à son encontre. Le joueur de water-polo continue de remporter des succès dans sa carrière sportive professionnelle, tout en participant activement à la lutte contre la LGTBIphobie.

Athlètes déclarés homosexuels dans le sport de haut niveau

Comme nous l’avons mentionné, les cas d’athlètes homosexuels déclarés dans le sport de haut niveau sont très limités en raison de la masculinité hégémonique qui continue d’exister dans le secteur. Toutefois, la visibilité augmente, comme dans le cas de Víctor Gutiérrez. Lorsque l’on parle de sport, de LGTB et de visibilité au fil des ans, les noms de personnes courageuses telles que la joueuse de tennis française Amélie Mauresmo (qui est l’une des sportives lesbiennes les plus reconnues), le joueur de rugby britannique Gareth Thomas, le skieur professionnel britannique Gus Kenworthy, le patineur espagnol Javier Raya, le footballeur britannique Justin Fashon, le footballeur britannique Justin Fasher (qui est l’une des sportives lesbiennes les plus reconnues dans le monde) et le patineur espagnol Javier Raya méritent tous d’être mentionnés, Les footballeurs britanniques Justin Fashanu (qui a également été le premier footballeur de haut niveau à sortir du placard) et Liam Devis, la joueuse de tennis pragoise Martina Navratilova (une référence lorsqu’on parle de lesbiennes et de sport de haut niveau) et de nombreux autres noms tels que Caitlyn Jenner, Enrique Sarasola, David Denson, Keegan Hirst, Orlando Cruz et Rosie Jones qui ont donné de la visibilité à pratiquement tous les sports de haut niveau. Sans surprise, Jason Collins a été le premier athlète ouvertement gay à concourir dans un sport d’équipe américain majeur tel que le basket-ball et on lui attribue une grande partie du début de cette conversation sur la visibilité et les droits de l’homme.

Athlètes gays dans le cyclisme professionnel

Dans le cyclisme international, on trouve également plusieurs héros qui, grâce à leur témoignage, ont apporté une visibilité au collectif et ont contribué à réduire les stéréotypes, les préjugés et les discriminations qui existent encore dans le sport en général. C’est le cas de la figure légendaire du cyclisme sur piste Graeme Obree qui, à l’âge de 45 ans, a reconnu son homosexualité, révélant comment il a vécu sa situation pendant tant d’années et qui a même déclaré : “J’ai grandi en pensant qu’il valait mieux être mort qu’homosexuel”. En 2005, le cycliste a accordé une interview au magazine britannique The Sun, dans laquelle il explique tous les problèmes mentaux dont il a souffert en raison des pressions qu’il a subies pour cacher son orientation sexuelle. Il a expliqué que ces problèmes étaient en grande partie dus à son éducation : “J’ai été élevé par la génération de la guerre, qui a grandi à l’époque où les homosexuels étaient mis en prison. Il était tellement impensable d’être gay que je ne pouvais pas l’être. J’ai grandi en pensant qu’il valait mieux être mort que gay. Au niveau professionnel dans le sport, la pression s’est intensifiée par crainte d’être critiqué et ridiculisé, une lutte interne qui s’est finalement résolue lorsqu’il a réussi à élever la voix sans craindre d’être ce qu’il est.

Heureusement, comme lui, il y a de plus en plus d’athlètes gays qui n’ont pas peur de montrer qui ils sont et tout semble indiquer que la scène internationale évolue vers une amélioration des droits des LGTBI dans le sport.

Comments are closed.